© Charles Fréger
agrandir l'imageagrandir l'image
© Charles Fréger
© Charles Fréger© Charles Fréger

"Empire", 2004-2007, "Hereros" 2007, "Orange Order", 2008

headphoneAudio Charles Fréger

Télécharger MP3 (5.14 MB)

Souvent frontaux, en pied ou en buste, les portraits de Charles Fréger figent les corps et imposent la neutralité de l’expression. Attentif à la qualité du grain de la peau et des textures, il privilégie la transparence de l’éclairage. Ses portraits en uniformes renvoient à ces profils médiévaux et autres figures frontales de la Renaissance. C’est bien une questionde rang et d’attribut que soulèvent les prises de vue de Charles Fréger : plutôt qu’interroger la société, il se penche sur les individualités juxtaposées qui la composent, toujours dans des allures dictées par le port de la tenue et de l’uniforme.
Si le regard est d’abord attiré par la dimension stéréotypée des attributs (couvre-chef, costume, arme, bottes, etc.), la posture (gravité des visages, port de la tête, façon de bomber le torse ou de porter le regard au loin) contribue tout autant à plonger le spectateur dans l’univers de la représentation. L’artificialité de ces figures en devient presque naturelle : rien ne paraît joué, parce que tout semble s’inscrire dans la tradition, la répétition et la reproduction qui leur confèrent du même coup un caractère atemporel.
Dans les trois séries présentées ici (« Empire », « Orange Order » et « Hereros »), les personnages portraiturés par Fréger déploient ostensiblement des insignes, dont le rôle premier en société est de marquer ou de rappeler l’appartenance identitaire. Ces parades sont l’expression de l’unité, voire du groupe conçu comme entité politique. Elles génèrent, de ce fait, une impression de puissance qui va de pair avec celle d’appartenance au groupe.
Si les séries « Empire » et « Orange Order » nous plongent dans des univers étonnamment réalistes - pour ne pas dire communs - dans « Hereros » les cartes sont brouillées et les genres mêlés. Dans quel registre nous trouvons-nous ? Entre jeu, mise en scène et représentation, les frontières se confondent. Or c’est précisément cela que Fréger interroge par son travail. Comment s’imbriquent ces relations d’identité, entre individu, catégorie sociale et groupe, dont il se plaît à mettre en scène les dimensions emblématiques ? (Géraldine Delley)

 

Charles Fréger (1975) est diplômé de l’Ecole des Beaux Arts de Rouen. Il se consacre depuis 1999 à la réalisation de portraits en uniforme, portant ainsi sa réflexion sur la société et les individualités qui la composent. Il est le fondateur du réseau « Piece of Cake » (collectif européen de photographes). Photographe de séries, il expose ses travaux dans toute l’Europe ainsi qu’aux Etat-Unis, en Chine et au Japon. Ses séries sont regroupées dans près d’une douzaine d’ouvrages. www.charlesfreger.com

 

website by aquaverde