© Fabian Biasio
agrandir l'imageagrandir l'image
© Fabian Biasio
© Fabian Biasio© Fabian Biasio

"Die Mitte des Volkes", 2003–2007

headphoneAudio: Fabian Biasio

Télécharger MP3 (4.30 MB)

Fabian Biasio a eu l’occasion d’accompagner des partisans de l’UDC (Union Démocratique du Centre, parti conservateur très à droite de l’échiquier politique suisse) durant toute la législature 2003–2007. C’est durant cette période que Christoph Blocher, le grand tribun de l’UDC, a été propulsé au Conseil fédéral.
Ce travail personnel a débouché sur une mise en perspective presque ethnologique : « Je me sentais comme un chercheur qui découvrait un monde jusqu’ici inaccessible – des personnes avec lesquelles il est normalement si difficile d’échanger ».
Photographiés dans l’intimité familiale, les portraits de Biasio offrent un angle de vue unique sur la base du parti et se détachent des électeurs de l’UDC dans leur clan retranché : un pot-pourri fait d’armoires campagnardes, de vieux carrelages, de murs sombres, d’appareils d’entraînement, d’art champêtre, de vieilles poupées et de rideaux plastifiés. Chaque portrait est placé à côté d’une photographie d’un paysage : le paysage préféré de la personne photographiée.
Les sujets se montrent délibérément sûrs d’eux, presque entêtés. De manière sous-jacente, on ressent toutefois le malaise qui s’exprime. Les jambes sont croisées, les bras maladroitement portés. Biasio va capter le langage corporel à de nombreuses occasions, par exemple au travers de cette image d’Ueli Maurer surpris par une sommelière, son fusil à la main, mais avec l’expression maladroite et tellement humaine d’un enfant taquin. Les photographies de Biasio sont soigneusement composées, les moments choisis ne sont pas laissés au hasard. L’observateur sera peut-être conforté dans ses préjugés et aura l’impression d’observer un monde un peu grotesque. Ce point de vue dépend toutefois du spectateur.
Biasio n’a pas le regard cynique d’un Martin Parr. Il n’impose pas sa perception et garde volontiers une certaine distance avec son sujet. Jusqu’à un certain point, il le laisse même se mettre en scène, faisant ainsi un pas vers l’autoportrait : « Durant ma sélection d’images, il me tenait à coeur de ne pas représenter une réunion d’allumés ». Biasio cite volontiers le photographe Alec Soth qui pense que dans le portrait on ne « capture » jamais complètement la personne en face de soi : « Si une photographie devait vraiment documenter quelque chose, ce serait avant tout la distance qui me sépare du sujet ». (Simon Stähli)

 

Fabian Biasio (1975, Zürich) lebt und arbeitet als freischaffender Fotograf in Luzern, wo er vor zehn Jahren an der Schweizer Journalistenschule MAZ die Ausbildung zum Pressefotografen absolvierte. Nebst Auftragsarbeiten für Publikationen im In- und Ausland («Tages Anzeiger», «Das Magazin», «Beobachter», «Spiegel», «Die Zeit» u.a.), hat Biasio zahlreiche eigene Fotoprojekte in der Schweiz, im Irak, im Kosovo, in Indien und in den USA realisiert. Biasios Fotografien wurden mehrfach ausgezeichnet; letztes Jahr erhielt er den EWZ Preis der Sonntagszeitung in der Kategorie Redaktionelle Fotografie. Teile seiner Serie zur SVP wurden 2007 unter dem Titel «Die Mitte des Volkes» als Buch publiziert. (Edition Patrick Frey, mit Texten von Margrit Sprecher. Informationen unter: www.mitte-des-volkes.ch), www.biasio.com

website by aquaverde