© Nicolas Savary
agrandir l'imageagrandir l'image
© Nicolas Savary
© Nicolas Savary© Nicolas Savary

"G8", 2003

headphoneAudio Nicolas Savary

Télécharger MP3 (4.59 MB)

Dans les mois qui ont précédé le sommet du G8 à Evian, en 2003, les médias de Suisse romande ont manifesté une grande crainte à l’égard des violences dont risquaient de faire preuve les adversaires de la mondialisation. La presse se préoccupait principalement du coût de la sécurité publique et des questions de responsabilité dans les actes de vandalisme attendus.
Le sentiment d’insécurité prit alors une telle ampleur que de nombreux magasins dans les centre-villes de Genève et de Lausanne décidèrent de barricader leurs vitrines et leurs accès pour la durée de la rencontre du G8. Nicolas Savary photographia cette situation inhabituelle et insolite.
Des vitrines aveugles – ce qui était normalement fait pour séduire devenait à présent invisible et se refusait à tout regard. Au lieu d’une atmosphère éclairée et rayonnante : des panneaux de coffrage bruts. Au cadre du spectacle de la consommation se substituait ainsi celui des barricades.
Les détails des façades sautèrent alors aux yeux : les corniches des vitrines, amoureusement sculptées autrefois, furent remises en valeur. Le noir des semelles sur le bitume montrèrent l’usure des millions de chaussures qui avaient passé par là. Des graffitis. Des architectures fonctionnelles bon marché mal dissimulées sous un mince revêtement de marbre.
La confrontation d’une photo de Nicolas Savary avec le visage réel des lieux est ainsi immédiatement parlante ; il s’agit là de lieux dans lesquels nous nous déplaçons chaque jour, mais sans savoir vraiment qu’ils existent.
Les centaines de mètres carrés de bois aggloméré, de contreplaqué, de panneaux de coffrage jaune miel qui nous évoquent des réalisations d’art contemporain (Christo, Wolfgang Laib) ont ici une origine tout à fait pratique.
Enfin, les images de Nicolas Savary documentent les manifestations tangibles de la cupidité et de la peur. Des paysages mélancoliques s’offrent à nous. Et pourtant la réalité, libérée de l’illusion, nous réconcilie avec elle-même. (Simon Stähli)


Nicolas Savary (1971, Fribourg) a étudié les arts visuels à l’ECAL (Ecole Cantonale d’Art de Lausanne) jusqu’en 1998, pour ensuite enseigner au département d’architecture de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) jusqu’en 2008. Il est aujourd’hui responsable du Département de Formation Supérieure de l’Ecole de photographie de Vevey. Savary vit et travaille à Lausanne en tant que photographe et plasticien. Ses travaux photographiques abordent souvent le rapport entre l’homme et l’architecture ; il travaille de préférence sur des projets interdisciplinaires et dans le cadre de projets liés à la recherche universitaire. Son travail a été récompensé à plusieurs reprises, il a notamment gagné le prix fédéral de design et le prix culturel Manor. Les oeuvres de Savary ont été exposées, entre autres, au Musée de l’Elysée à Lausanne et au PhotoforumPasquArt. www.nicolas-savary.ch

 

website by aquaverde