© Robert Huber
agrandir l'imageagrandir l'image
© Robert Huber
© Robert Huber© Robert Huber

"Beyoglu Queens", 2005

headphoneAudio Robert Huber

Télécharger MP3 (2.71 MB)

Robert Huber nous montre dans cette série des portraits présentés sous une forme simple : prises de vues horizontales, cadrages en buste, la plupart des visages étant de face. Pas de mise en scène ni de superflu ; un fond noir, la nuit, pour seul décor.
Si la construction des images se veut simple c’est peut-être pour mettre en évidence un sujet qui ne l’est pas. Les photographies de ces transsexuels déroutent. Elles nous bousculent car elles nous renvoient évidemment à notre identité sexuelle. Comment serais-je physiquement et psychologiquement si j’étais un homme / une femme ? Quelle est ma part de masculinité et de féminité ?
Il est intéressant d’aller au-delà du premier coup d’oeil qui, comme dans toute série, nous pousse à comparer les traits du visage qui sont plus harmonieux chez l’une que chez l’autre, les yeux, la forme des bouches ou l’habillement. Pour cela, il faut les replonger dans leur contexte. Ces photographies ont été réalisées à Beyoglu, le quartier bouillonnant d’Istanbul qui n’a rien à envier aux capitales branchées occidentales. Dans cette ville, le voile côtoie la mini-jupe, le souk est à deux pas des magasins fashion et les nuits animées de Beyoglu tranchent avec la rigueur des prières du muezzin. Mais même si la culture occidentale prend une place importante dans la vie stambouliote, la mentalité reste encore généralement traditionnelle.
Durant les années 1980–1990, les transsexuels ont été victimes de persécutions policières. Bien qu’aujourd’hui la société soit devenue plus tolérante à leur égard, les transsexuels restent en marge. Ne trouvant pas de travail stable et régulier, la plupart d’entre eux sont des travailleurs du sexe. Qu’y a-t-il donc derrière ces visages ? Quel est le quotidien de ces femmes ? Quelles sont leurs souffrances ? Quel avenir ont-elles au sein de cette société ? (Carine Steiner)

 

Robert Huber (1975, Zürich) hat die Ecole supérieure d’arts appliqués de Vevey (CEPV) besucht und 1995 sein Diplom in Fotografie erhalten. In seinen Reportagen hat er Themen bearbeitet wie ein Festival für christlichen Rock, eine Bombenfabrik, den Wiederaufbau von Kurdistan. Seine farbigen Gesellschafts-Dokumentationen drehen sich um die Gesellschaft von heute und die Religionen. 1998 ist Robert Huber nach New York gezogen und hat während sechs Jahren rund um die unterschiedlichsten Themen in den USA gearbeitet. Zusammen mit dem belgischen Fotografen Stephan Vanfleteren hat er 2001 das Werk Elvis & Presley herausgegeben. Verkleidet als Elvis Presley sind die beiden Fotografen durch die USA gezogen und haben sich gegenseitig fotografiert. Die Serie hat den World Press Award erhalten und wurde in ganz Europa ausgestellt. 2004 zog Huber von New York nach Istanbul und hat auch da verschiedene Facetten dieser Metropole fotografisch untersucht. Zur Zeit lebt er mit seiner Frau und seinen zwei Töchtern in Zürich. www.roberthuber.com

website by aquaverde